Lundi 22 janvier. Accueillir des migrants : échange avec Damien Carême, maire de Grande Synthe

Lundi 22 janvier à 20h30, réunion-débat avec Damien Carème, maire de Grande Synthe sur le thème « accueillir des migrants ».

Cette réunion aura lieu au Palindrome, 25 rue Albert Einstein.

Elle est organisée  par Europe Écologie Les Verts et la participation de la Ligue des Droits de l’Homme.

Maire de Grande-Synthe (22.000 habitants) depuis 2001 et Vice-président de la Communauté Urbaine de Dunkerque (en bordure de la mer du Nord), Damien Carême a également été élu régional. Dès 2011, il a engagé sa ville dans une réelle transition écologique avec de nombreux programmes de social-écologie : Grande-Synthe est la 1ère capitale française de la biodiversité, ville zéro-phyto, territoire à énergie positive. Les cantines sont bio et la santé sur ce territoire industriel et ouvrier est une préoccupation majeure tout comme la pratique du sport ou l’accès de tous à la culture.

C’est dans ce contexte et en raison de sa situation géographique en immédiate proximité de l’Angleterre, que la ville depuis 2008 est un lieu de passage des migrants. A l’été 2015 et en raison des conflits notamment syriens, la « pression migratoire » sur la commune s’est soudainement accrue passant de 60 à 80 réfugiés à 200 en août et plus de 1200 à l’automne. C’est pour répondre avec dignité à cette affluence que le Maire de Grande-Synthe a pris la décision avec le soutien de Médecins Sans Frontières, d’ouvrir en 2016 sur son territoire le 1er lieu humanitaire en Europe, l’Etat français acceptant finalement d’accompagner la ville dans cette démarche de gestion. Malheureusement, en raison à la fois de la fermeture de la « jungle » de Calais et du manque de place en CAO, l’affluence a conduit progressivement à des tensions internes et à l’incendie du camp le 10 avril dernier. Aujourd’hui, c’est en moyenne 200 réfugiés qui errent sur le territoire communal, les frontières avec l’Angleterre n’allant pas bouger, c’est toujours ici que les réfugiés voudront transiter. Damien Carême réclame au nouveau gouvernement français la mise en place d’une véritable politique d’accueil par la création de structures de transit sur l’ensemble du littoral de la mer du nord de Calais à Grande-Synthe afin d’accueillir provisoirement les réfugiés avant leur éventuel départ en CAO.

Contrairement aux idées reçues, son engagement et ses actions n’ont pas accentué un vote d’extrême droite. Damien Carême a été réélu aux municipales de 2014 dès le premier tour, avec 53,55 % des voix.  (Pour information, à cette même élection, le candidat FN n’a obtenu que 15,07 % des voix, alors que pour les européennes de 2014, les départementales de 2015 et les régionales de 2015 les candidats FN obtenaient entre 40 et 43 % des voix).

A Grande-Synthe comme ailleurs sur le littoral, la question migratoire reste posée sans que l’état n’ait pour l’heure pensé et imaginé des solutions pragmatiques relatives à l’accueil des réfugiés, condamnés à errer.essai flyer V3 A5 bis

Remonter